L’achat d’une première maison est un processus enivrant, mais qui ne doit pas être pris à la légère. Au Québec, les premiers acheteurs représentent une part importante du marché des maisons, soit environ 40 % du total des acquéreurs. Il s’agit également de la catégorie d’acheteurs que je vois le plus souvent commettre les erreurs suivantes.

323af1b5-8a4a-4497-b9e5-3579a942ed8e_JDX-NO-RATIO_WEB
1- Ne pas connaître son crédit
La quasi-totalité des premiers acheteurs achètera leur maison à crédit. Mais encore faut-il y être admissible. Pour s’en assurer et s’éviter des démarches superflues, il suffit en premier lieu de faire évaluer sa cote de crédit soit par un courtier hypothécaire, soit directement sur le site d’equifax.ca ou transunion.ca.

2- Ne pas connaître sa capacité à rembourser une hypothèque
L’achat d’une première maison sera une source de stress énorme si vous êtes pris à la gorge par d’étouffants paiements hypothécaires. Un courtier hypothécaire ou votre conseiller dans votre institution financière peut vous aider à déterminer quels paiements mensuels vous conviendront et quelle sera la valeur maximale de votre hypothèque.

3- Négliger la mise de fonds initiale
Il importe de déterminer une mise de fonds qui respectera votre budget. Sachez qu’une assurance prêt hypothécaire est obligatoire si votre mise de fonds est inférieure à 20 % du prix d’achat de la maison, ce qui est le cas de quatre premiers acheteurs sur cinq.

4- Ne pas prévoir suffisamment d’argent pour les à-côtés
Je ne parle pas ici des quelques dollars que coûteront vos pots de nouvelle peinture, mais des coûts associés à l’inspection (environ 500 $), au paiement des intérêts et à leur éventuel ajustement, les droits de mutation immobilière (connus aussi sous le nom de «taxe de bienvenue», laquelle atteint environ 2250 $ pour une maison de 250 000 $). Ajoutons à cela de possibles frais de certification de localisation (normalement payé par le vendeur cependant), l’assurance habitation, et sans oublier bien sûr les frais reliés aux rénovations de départ.

5- Demeurer prisonnier d’un bail
Si la maison idéale se présente, mais que votre bail s’étire encore sur plusieurs mois, il est possible de le céder ou encore de sous-louer votre logement. Il convient alors de s’entendre avec le propriétaire.

6- Ne pas s’y prendre à l’avance
Ne soyez pas dernière minute! Les démarches entourant la recherche, les négociations puis l’acquisition prennent en moyenne 12 semaines.

7- Omettre le quartier dans lequel vous résiderez
La maison est jolie, l’hypothèque vous convient... mais qu’en est-il du quartier? Y a-t-il suffisamment de services? Vos enfants s’épanouiront-ils? Y serez-vous heureux?

8- Négliger l’inspection
Procéder à une inspection n’élimine pas tous les risques de vices cachés, mais ça les diminue de beaucoup tout en vous permettant de vous préparer à la réalisation de divers travaux d’entretien

CONSEILS
- Évitez les coups de tête. L’achat d’une maison est un investissement majeur, voire le plus important de votre vie, et demande une certaine réflexion lors du processus.
- Faites préapprouver votre prêt hypothécaire. Cela rassurera le vendeur, et vous saurez où donner de la tête.
- Faites affaire avec des professionnels si vous n’y connaissez pas grand-chose dans l’achat d’une maison.
- Soyez patients! Vous pouvez faire de trois à quatre offres et même plus avant que l’une d’elles soit acceptée.
Source: Journal de Montréal - Ghislain Larochelle est un professionnel inscrit à l’Ordre des ingénieurs du Québec ainsi qu’à l’OACIQ. Son entreprise de formations et de coaching pour investisseurs en immobilier - Immofacile.ca - peut percevoir des honoraires liés à la formation et aux soirées de conférences mensuelles.

Par Chantal Vaillancourt
Laissez-nous un commentaire
  • Ce champ est requis
  • Invalide (ex: 555-666-1234 ou 5556661234)
  • Invalide (ex: H7K 3G4 ou H7K3G4)